Accueil > Le réseau ACEPP > Des pratiques

Une vision solidaire de l’accueil de la petite enfance

Une vision solidaire de l'accueil de la petite enfance

Par la volonté conjointe des parents et des professionnel-le-s, le Service associatif de garde d’enfants (Sage), situé à Bègles en Gironde, a mis en place, depuis 1985, un accueil de jeunes enfants de qualité.

L’association est, en dix ans, devenue multigestionnaire de trois multiaccueils à gestion associative. Ces trois structures sont implantées dans trois tissus urbains différents, du quartier populaire au quartier pavillonnaire, avec des situations familiales diverses.

De la crèche parentale au service social d’intérêt général

Entre 1989 et 1995, la municipalité a souhaité augmenter le nombre de places d’accueil sur sa commune et a répondu favorablement aux divers projets portés par Sage. Une première convention signée entre l’association et la mairie a vu le jour dès 1990 avec mise à disposition de locaux.

En 2010, la ville de Bègles, pour se mettre en conformité avec le droit communautaire et les directives du traité de Lisbonne (en vigueur au 1er décembre 2009), a qualifié de services sociaux d’intérêt général (SSIG) des associations, dont Sage et Remue-Méninges (association d’éducation populaire faisant partie du réseau Acepp, porte une Université Populaire de Parents), leur évitant le processus de commande publique (délégation de service public, marché public).
La contrepartie en est un conventionnement plus étroit avec des objectifs comme : soutenir la parentalité dans un contexte de modèles familiaux changeants, jouer un rôle de prévention, d’intégration et de cohésion sociales, contribuer à la lutte contre la discrimination, améliorer la qualité de vie, favoriser la croissance économique, l’emploi… Cette évolution vers le SSIG a été ressentie comme une forme de gestion quasi directe de la part de la commune. Mais somme toute, les objectifs du SSIG sont proches du projet social de Sage et après quelques années et explications, les relations sont devenues plus constructives.

Une mutualisation des idées mais pas seulement

Sage travaille la dynamique du projet, son ancrage dans le territoire, ses perspectives et son adéquation aux demandes des familles. Le grand écart dans le fonctionnement, de crèche parentale à multigestionnaire, s’est fait progressivement en modifiant le mode d’organisation afin de préserver les spécificités de l’implication parentale et la transmission de l’histoire et des valeurs. L’organisation est basée sur le dialogue, des commissions réunissent parents et professionnelles des trois structures, permettant à chacun de porter ses questionnements et souhaits dans les divers domaines qui interrogent le fonctionnement de l’association.

La structuration du conseil d’administration -composé de dix-neuf parents issus des trois structures- en deux collèges, l’un de membres actifs de parents élus chaque année et l’autre de membres fondateurs cooptés après une année comme membre actif, donne une stabilité et un renouvellement progressif. Ces collèges administrent ensemble l’association et s’inscrivent dans les commissions : Projets et événements, Paritaire (avec des salariées élues et le délégué du personnel), Finances, Communication, Alimentation.

Les commissions collectent les informations et présentent les différentes options qui seront soumises au vote du conseil d’administration, auquel participe aussi, depuis 1990, l’élue petite enfance de la ville. Six membres au bureau étudient les dossiers plus sensibles concernant les relations avec les partenaires institutionnels ou les salariés et présentent leurs stratégies au conseil d’administration.

Bureau et commissions du conseil d’administration sont en lien avec la directrice de Sage qui intervient sur plusieurs axes : la coordination des trois structures et leurs équipes et projets, la gestion financière et administrative avec l’appui d’une assistante de gestion, la représentation et le travail avec les partenaires institutionnels.

Globalement, depuis plus de 30 ans, Sage a maintenu un bon équilibre entre les parents gestionnaires et employeurs, participant aux lieux d’accueil de leurs enfants et les professionnels qui assurent le fonctionnement au quotidien en restant attentifs aux changements sociétaux et en proposant, sous différentes formes, des espaces de dialogues et d’échanges.

Marianne Borne, directrice de Sage à Bègles en Gironde
(cofondatrice avec Catherine Mora, parent, de Sage et de l’Acepp 33/47)


Aller + loin :
. Sur le site de Sage
. Retrouvez l’article complet et des éclairages sur les forme de gestion (SSIG, Subvention…) dans La Gazette n° 119-120, pages 12-14.

< Retour