Menu Fermer

Les conférences en ligne

Depuis mai 2020 l’ACEPP a initié des conférences en ligne, ouvertes à tous. Vous retrouverez ci dessous l’ensemble de ces conférences.

Cycle Charte nationale pour l’accueil du jeune enfant: Un éclairage pour nourrir la réflexion des professionnels.les et parents sur une thématique de la charte.

Pour grandir sereinement, j’ai besoin que l’on m’accueille quelle que soit ma situation ou celle de ma famille. 

Nous poursuivons notre cycle de conférences en abordant la question de l’accueil de l’accueil de tous: « L’accueil des enfants en situation de handicap : un regard philosophique »

Notre invité pour débattre de cette question : Bertrand QUENTIN, philosophe, Il mène une réflexion philosophique sur les apports de la vulnérabilité dans la compréhension de l’homme (douleur, handicap, vieillissement).

Le regard philosophique consistera ici à désenclaver la question du handicap de sa réduction à un problème médical, physiologique. Le handicap n’est pas tant un problème physique, physiologique, qu’un problème social, un problème de regard, un problème relationnel.

Le handicap place un individu et sa famille au sein d’une vie particulière. Bien-sûr, il ne faut pas exacerber les différences au point d’en faire une vie « autre ». Si certains épisodes sont spécifiques au regard particulier que pose notre société de dits valides sur le handicap, d’autres épisodes sont communs au destin humain et l’accueil doit être du même ordre que pour tout autre enfant. Seront notamment évoqués les concepts de liminalité, d’empathie égocentrée, de compensations inopportunes.

Fille ou garçon, j’ai  besoin que l’on me valorise pour  mes qualités personnelles en  dehors de tout stéréotype. il en  va de même pour les  professionnel.le.s qui  m’accompagnent. c’est aussi  grâce à ces femmes et à ces  hommes que je construis mon  identité.

Notre invitée pour débattre de cette question : Muriel Salle, historienne – Maîtresse de conférences en histoire, université de Lyon 1 – Spécialiste des questions de genre

Nous aborderons cette question autour de 3 axes :

o         Pourquoi est-il si important mais aussi si compliqué d’aborder cette question dans les espaces d’accueil du jeune enfant ?

o         Les crèches comme lieu de travail ‘unisexe’ : mixité des filières et des carrières, comment sortir des stéréotypes ?

o         La famille l’« espace-temps d’une institution du masculin et du féminin » : femme ou homme, père ou mère – des rôles qui évoluent ?

Les ressources rattachées à cette thématique

Intervention de l’Acepp lors de la signature de la Charte pour une représentation mixte des jouets 

Le burn-out parental, le comprendre, le prévenir et s’en sortir   

En quoi consiste ce « burn-out ? Quels en sont les causes, les symptômes puis les risques pour les parents, le couple, les enfants ? Comment l’éviter et trouver les ressources pour en sortir ? Comment les professionnels de la petite enfance peuvent-ils être à l’écoute et aidants vis-à-vis des parents concernés ?

Conférence animée par Isabelle Roskam , professeure de psychologie du développement et Directrice de Recherche à l’Université de Louvain (UCLouvain) en Belgique.  

Diaporama de l’intervention 

‘’Penser l’après…ensemble ’’ Et si on parlait dynamique participative !

Dans ce contexte de crise sanitaire, (mais comme dans tout contexte de crise) les organisations ont eu tendance à resserrer leur gouvernance afin de faire preuve d’agilité et de souplesse. À l’issue de cette période particulièrement déstabilisante pour la coopération parents professionnels dans nos associations, il est aussi temps de (re)penser la participation et la place de chacun.

  • Comment retrouver une dynamique associative ?
  • Comment instaurer un fonctionnement positif, porteur, entre salariés et bénévoles ?
  • Comment inciter les bénévoles à s’investir dans l’association ?

Conférence animée par  Nicolas Gaillard, intervenant à l’Institut de recherche territoire démocratique.

Le schéma de l’échelle de la participation et pour aller plus loin

Les 5 conférences « Penser l’après …ensemble! »

La première rencontre  a eu lieu lundi 4 mai  : Laurent Bachlerprofesseur de philosophie à Chambéry et membre du collège de la revue Spirale nous a parlé d’incertitude, d’intuition, de l’illusion de la maîtrise, de liens, de collectifs mais aussi d’éducation ..  et même de rencontres amoureuses !

Télécharger le document associé à la première conférence

Ensuite Pierre Delion , (mercredi 6 mai) – psychiatre, professeur émérite de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’université de Lille-II, psychanalyste, s’est penché sur les conditions institutionnelles de la reprise face à la pression médiatique : « Faisons confiance aux professionnels et à leurs capacités d’auto-organisation », prendre soin des équipes pour accueillir les enfants, quels mots pour accueillir un jeune enfant après ce temps de confinement.

Télécharger le document associé à la seconde conférence

 (jeudi 7 mai) Marcel Sanguet, psychologue clinicien, psychanalyste, il exerce à Chambéry au sein d’un CHS ainsi qu’en pratique privée et auteur aux éditions Eres. Il nous a parlé de l’accueil des familles,  Quelle est  sa vision du confinement pour les familles ? Comment reconstruire le lien de confiance ? Quelles paroles ? Quelle posture ?

Télécharger le document associé à la troisième conférence

Patrick Ben Soussan,   (le 29 mai ) « C’est quand qu’la parentalité positive va vraiment mettre des paillettes dans ma vie ? »

Ils vous expliquaient, avec un grand sourire ocytociné, comment éduquer ses enfants ( et ceux des autres) sans crier, sans s’énerver, sans punir, sans séduction, sans chantage, sans sucre, sans soda, sans injonctions, sans écrans… mais dans l’amour, la bienveillance, le dialogue, l’aconflictualité, la zen attitude quoi !
Ils vous vendaient la parentalité comme un conte de fées, un petit coup de neurosciences pour faire savant et up-to-date, un zeste d’hormones pour rappeler notre socle biologique, des recettes vieilles comme le monde remises au goût du jour, ça avait de la gueule, ça donnait trop envie d’y croire, surtout quand on vous assurez que « ça marche ».
Alors, vous avez essayé. Normal, le métier de parent, c’est pas gagné ! Le confinement, ça a été l’occasion obligée pour se rêver positive vibration et feel good parenting à tous les étages… Mais voilà que, après 55 jours et plus cloîtrés en famille, vous en revenez : non mais allo quoi, la crèche ou l’école n’ouvre que 2 jours dans la semaine… ! A l’heure du déconfinement, avouez-le, vous n’en pouvez plus, vous n’y croyez plus. Vous avez même parfois l’impression d’avoir mal fait, d’avoir mal compris et d’être du coup de bien mauvais parents, encore plus culpabilisés.
La parentalité bienveillante, qui vous vendez du rêve, sur le modèle de la pub « Avec Carrefour, je positive », avait juste oublié de vous rappeler combien c’est normal, fondamentalement, d’être quelquefois débordé, de vaciller, d’en avoir sa claque, quand on est parent. Etre parent, c’est tout compte fait vraiment un job épuisant, souvent déroutant.

*Pédopsychiatre, responsable du département de psychologie clinique, à l’institut Paoli-Calmettes, Marseille, il dirige le collège de la revue Spirale et
la collection « 1001 BB » chez érès. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont « De l’art d’élever des enfants (im)parfaits » (érès, 2018) et « Comment survivre à ses enfants ? » (érès, 2019).

Sylviane Giampino  (vendredi 5 juin)

Le rapport Giampino indique que les « sphères du développement du petit enfant, physique, cognitif, affectif, social, émotionnel sont inséparables. Chaque sphère de son développement interagit sur les autres selon une dynamique en spirale entre affectivité et acquisitions, entre éducation et soin, entre corps et cognition, entre socialité et construction du soi. Pour lui, tout est langage, corps, jeu, expérience.
C’est pourquoi « l ’un des trois principes d’approche globale de l’accueil  est que le développement de l’enfant avant 3 ans ne peut s’envisager sous le seul registre de la santé ni même de l’éducatif, tout au plus peut-on parler de prime éducation. »

Devons-nous oublier les 10 points de Charte Nationale Pour l’Accueil de l ’Enfant en accueillant les parents sur le pas de la porte après un confinement de 2 mois et en minutant les transmissions?…en réservant l ’accueil selon la situation de
l’enfant ou celle de sa famille pour limiter les groupes à 10 enfants?…en suspendant les interventions extérieures nécessaires à l ’ouverture au monde par la richesse des échanges interculturels?……en limitant les doudous qui viennent
de la maison ?..

C’est toutes ces questions que nous aborderont avec Sylviane Giampino, quelques semaines après la réouverture des lieux d’accueil.

*Psychologue, psychanalyste (Paris), présidente d’honneur de l’association nationale des psychologues pour la petite enfance (A.NA.PSY.p.e), présidente du Haut Conseil de la Famille, de l’Enfance et de l’Age (HCFEA).